La cave de La Clef de Voûte est étonnamment pleine en cette période de fêtes de fin d'année. Toutes les places sont occupées, des chaises jusqu'aux dernières marches du haut de l'escalier. Le froid et la maigre programmation de concerts de cette période hivernale ont sans doute attiré un public nombreux pour ce répertoire de Noël. Et le Quartet de Thomas Ibanez nous surprend avec une interprétation des standards traditionnels de Noël dans son rythme et sa fougue Be-Bop habituelle.

Cette initiative est agréable car d'autant plus rare chez nous où les chants de Noël nous paraissent communément "Cul-cul la praline" ! Alors qu'il s'agit d'une habitude qui est entrée dans les mœurs aux Etats-Unis où tous les artistes ont réalisé un album de chants de Noël ; de Franck Sinatra à Bob Dylan en passant par Nat King Cole et Samy Davis Jr, et bien d'autres...

Le quartet fonctionne comme à son habitude, où Thomas Ibanez met au service des standards de Noël le son rond de son saxophone. Joachim Expert le suit au piano dans les improvisations. Tandis que le contrebassiste,Thomas Belin et le batteur Josselin Perrier sont également au rendez-vous des soli mais assurent un duo rythmique tout au long des deux sets.

Thomas introduit tous les chants de Noël par une présentation ou une anecdote pour illustrer ces morceaux qui nous sont pour la plupart familiers.

Le Quartet attaque fort en allant puiser dans le Great American Song Book pour interpréter White Christmasd'Irving Berlin. Chaque musicien se place tout de suite sur ce morceau traditionnel.

Vient ensuite le thème God Rest Ye Merry, Gentlemen, publié en Angleterre en 1823 dont l'auteur originel est inconnu. Sur lequel la contrebasse et la batterie galopent sur des rythmes bop traditionnels et donnent au piano l'occasion de suivre sur un groove rapide.

Sur Have Yourself a Merry Christmas le saxophoniste interprète un joli thème avec un appui marqué du batteur. Thomas, en bon leader, laisse souvent ses partenaires s'exprimer ensemble, la formule du trio classique fonctionne parfaitement entre les musiciens qui se connaissent très bien.

Pour la chanson, Rudolph the Red Nosed Reindeer, le groupe s'exprime sur un thème d'inspiration latino voir calypso. Thomasnous précise que ce thème, dont le refrain est bien connu, évoque le neuvième renne Rodolphe du traineau du père Noël, qui est un peu allumé et excentrique.

Cette première partie de soirée se termine sur une autre chanson bien connue : Santa Claus is Coming to town qui a été écrite par John Frederick Coots et Haven Gillespie que le quartet interprète avec fougue sur un tempo rapide en enchaînant les soli.

Thomas propose comme à l'accoutumée du lieu : "une pause de cinq minutes pour revenir dans un quart d'heure". La reprise sera énergique avec un solo de chaque musicien sur le morceau de 1952 I saw Mommy Kissing Santa Claus de l'auteur et compositeur anglais Tommie Connor. Vient ensuite la chanson connue des petits et des grands : c'est Joachim Expert qui attaque sur un rythme Rag Time Jingle Bells. Ce qui n'est pas du tout étonnant pour ce thème de James Pierpont publié la première fois en 1857. Thomas fait courir ses doigts sur les clés de son saxophone a un rythme effréné. Le batteur donne le tempo sur sa caisse claire à l'aide des balais, il a le soutien du contrebassiste pour accompagner le piano. Le quartet est très en fusion sur cette chanson que le batteur termine par un prodigieux solo toujours aux balais sur sa caisse claire.

Le quartet poursuit dans la tradition avec Christmas Tree qui est pour cette fois un thème d'origine allemande de 1824 intitulé : O Tannenbaum dans sa version originale et composé par Ernst Anschütz. C'est avec Mon Beau sapin que le groupe développe un swing rapide et entrainant.

Après ce groove, le groupe calme le rythme avec la magnifique ballade de 1944 de Mel Tormé : The Christmas Song qui a été composée en plein été caniculaire ! Thomas l'interprète avec le son enjôleur de son saxophone. Le pianiste prend le relais sur le chorus, soutenu par le batteur et le contrebassiste dans une belle formule trio jazz classique.

Sur Good King Wenceslas, un morceau très ancien dont les paroles ont été écrites en 1853, par John Mason Neale, le quartet maîtrise un tempo bop encore plus syncopé qui nous ramène au cœur du jazz. Le set et le répertoire se terminent sur We Wish You a Merry Christmas and a happy New Year qui est un cantique anglais de Noël très populaire, qui a été composé au XVIe siècle et qui évoque la nouvelle année. Pour ce final, les quatre musiciens démontrent leur dextérité dans un grand enthousiasme en prenant chacun leur tour un solo, sur le rythme bop qui les caractérise et qu'ils affectionnent.

Le public conquis en redemande, et le Thomas Ibanez Quartet, fera un tout dernier morceau qui n'est pas un chant de Noël mais un standard du jazz Comes Love de 1939, composé par Sam H. Stept, et écrit par Lew Brown et Charles Tobias.

Thomas nous fait un beau cadeau avec ces adaptations be-bop des chants de Noël. Il a réalisé les arrangements des thèmes sur la base du concert et de l'album de Noël de Wynton Marsalis dont il est fan. Il nous confie également que les chorus des morceaux que nous fredonnons tous pour les fêtes de Noël sont musicalement plus compliqués qu'il n'y parait. Son important travail d'adaptation en est la preuve. Ce n'est pas étonnant qu'avec les traductions des chansons en français : Tintez ClochettesMon Beau Sapin ou Noël Blancpar exemple, nous n'avons malheureusement pas l'habitude de prendre ce répertoire d'origine anglo-saxonne au sérieux, que nous connaissons pourtant tous depuis l'enfance.

Jean-François Viaud & photos Jazz-Rhone-Alpes.com